Implenia – prête pour l’avenir

Année de défis, 2018 a mis en lumière diverses difficultés relatives à quelques unités et projets. En termes de chiffre d’affaires et de production, le Groupe a réalisé une croissance très satisfaisante, liée surtout au segment Infrastructure, mais aussi aux segments International et Suisse. Développement est une nouvelle fois réjouissante. Les défis se sont manifestés à travers les chiffres-clés de résultat, l’EBITDA et l’EBIT, qui, tous deux, ont nettement fléchi par rapport à l’exercice précédent. Ce repli, qui est dû surtout aux unités Norvège et Bade du Sud en Allemagne ainsi qu’à une filiale d’Implenia Construction Germany en Pologne, s’explique, entre autres, par des déficits structurels. La correction de ces points de faiblesse est en cours, et de premières mesures ont été prises. Implenia reste toutefois optimiste en ce qui concerne l’avenir, notamment en raison de sa nouvelle stratégie, du niveau élevé de son carnet de commandes, de son bon positionnement, de ses compétences techniques et organisationnelles largement étayées ainsi que de la robustesse de ses marchés.

Groupe Implenia – «One company, one goal, one spirit»

6248 (6043)

Carnet de commandes, CHF millions

90 (174)

EBITDA, CHF millions

4364 (3859)

Chiffre d’affaires, CHF millions

41 (103)

EBIT hors PPA, CHF millions

16 (197)

Flux de trésorerie opérationnel, CHF millions

7% (27%)

ROIC

 

Le marché suisse de la construction se maintient à un niveau élevé

Globalement, la construction demeure un marché de croissance. Certaines mégatendances, telles que l’urbanisation et la mobilité, offrent toujours un net potentiel de croissance future. Le secteur suisse de la construction vient de connaître une longue phase d’expansion. Récemment, cette croissance a toutefois quelque peu ralenti. En 2018, le montant des travaux dans le bâtiment devrait rester légèrement en retrait par rapport à celui de 2017. Le marché se maintient à un niveau élevé. Comme prévu, la construction de logements poursuit sur sa lancée latérale. En raison de la conjoncture favorable, la construction commerciale et industrielle a fait figure de locomotive et devrait afficher sa meilleure année depuis 2009 en termes de chiffre d’affaires. Quant au génie civil, il enregistre une évolution solide. La marche des affaires dans ce secteur dépend largement du lancement de grands projets de travaux publics. Globalement, les perspectives restent positives dans le domaine du génie civil.

Chiffres clés du Groupe

2018

2017

Δ

Δ like for like1

1000 CHF

1000 CHF

Chiffre d’affaires consolidé

4 364 473

3 859 478

13.1%

11.6%

EBIT des divisions hors PPA

40 623

103 195

(60.6%)

(58.9%)

EBIT des divisions

22 558

65 474

(65.5%)

(61.8%)

Résultat opérationnel

12 935

63 591

(79.7%)

(75.3%)

Résultat consolidé hors PPA

13 149

65 438

(79.9%)

(76.9%)

Résultat consolidé

504

39 033

(98.7%)

(92.4%)

EBITDA

89 726

173 835

(48.4%)

(47.8%)

en % du chiffre d'affaires consolidé

2.1%

4.5%

Flux de trésorerie disponible

(52 586)

162 535

Position cash, net (au 31.12.)

397 211

488 513

(18.7%)

(17.1%)

Capitaux propres (au 31.12.)

585 175

654 909

(10.6%)

(9.6%)

Carnet de commandes (au 31.12.)

6 248 291

6 043 261

3.4%

5.6%

Production

4 452 761

3 926 727

13.4%

11.8%

Effectif du personnel (à plein temps; au 31.12.)

9 781

9 342

4.7%

1   Hors effet de change

Chiffres clés du bilan

31.12.2018

31.12.2017

Δ

1000 CHF

1000 CHF

Trésorerie

913 233

985 443

(7.3%)

Opérations immobilières

185 292

158 055

17.2%

Autres actifs circulants

1 044 098

1 043 616

0.0%

Actifs immobilisés

718 732

709 880

1.2%

Total des actifs

2 861 355

2 896 994

(1.2%)

 

Passifs financiers

516 022

496 930

3.8%

Autres capitaux étrangers

1 760 158

1 745 155

0.9%

Capitaux propres

585 175

654 909

(10.6%)

Total du passif

2 861 355

2 896 994

(1.2%)

Position cash, net

397 211

488 513

(18.7%)

Investissements en opérations immobilières

62 821

39 802

57.8%

Investissements en immobilisations corporelles

80 025

70 050

14.2%

Degré de financement propre

20.5%

22.6%

 

Marchés de base solides à l’échelle internationale

En Allemagne, le secteur de la construction a de nouveau connu une très bonne année, riche en records. D’un côté, la construction de logements a profité de l’évolution économique favorable, de l’autre, le gouvernement fédéral n’a cessé ces dernières années d’accroître les dépenses d’infrastructures de transport. En Autriche, l’évolution dans le bâtiment a également été positive. Toutefois, le génie civil autrichien bénéficie de perspectives encore plus favorables. La construction dans le domaine des transports demeure le principal moteur de croissance, en particulier le développement des infrastructures ferroviaires, lesquelles bénéficient du plan-cadre public 2018–2023. En Norvège, les dépenses de construction, tant dans le bâtiment que dans le génie civil, restent tirées par les commandes publiques. Comme en Suède, la croissance dans la construction d’infrastructures est stimulée par les investissements liés au plan d’infrastructures de transport. En Suède, le gouvernement vient d’augmenter le plan pour la période 2018–2029 de 11 milliards d’euros supplémentaires. Quant à la France, elle a confirmé en 2018 la tendance prometteuse de l’année précédente par une solide croissance dans le domaine des travaux spéciaux et du génie civil.

  • pour la 3ème année subséquente et ss
  • pour la 2ème année subséquente
  • pour la 1ère année subséquente

Carnet de commandes

31.12.2018

31.12.2017

Δ

1000 CHF

1000 CHF

Suisse

3 031 301

2 956 197

2.5%

Infrastructure

1 527 835

1 340 700

14.0%

International

1 689 155

1 746 364

(3.3%)

Total carnet de commandes

6 248 291

6 043 261

3.4%


Production

2018

2017

Δ

1000 CHF

1000 CHF

Development

107 772

140 254

(23.2%)

Suisse

2 522 570

2 356 438

7.1%

Infrastructure

852 337

615 444

38.5%

International

1 538 559

1 308 761

17.6%

Divers / élimination de services intragroupes

(568 477)

(494 170)

(15.0%)

Total de la production

4 452 761

3 926 727

13.4%

Le chiffre d’affaires et la production progressent

Au cours de l’exercice 2018, Implenia a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 4364 millions de francs (2017: 3859 millions), ce qui correspond à une progression d’environ 13% par rapport à l’année précédente. La croissance organique s’élève à 10,2%, le reste étant attribuable à des effets de change et à l’acquisition de Bilfinger Hochbau, qui a été consolidé pour la première fois sur douze mois. Au cours de l’exercice, la production consolidée s’est élevée à 4453 millions de francs (2017: 3927 millions). La croissance du chiffre d’affaires a été particulièrement forte dans le segment Infrastructure, mais les segments International et Suisse y ont également contribué.

Des ajustements pèsent sur le résultat

Au cours de l’exercice, la rentabilité a été nettement impactée par les dépréciations annoncées en décembre. L’analyse des risques globaux et commerciaux, dans le cadre du développement de la stratégie, avait révélé des problèmes dans quelques unités et projets – particulièrement en Norvège, dans le Bade du Sud et dans une filiale d’Implenia Construction Germany en Pologne. L’EBITDA du Groupe s’est établi à 89,7 millions de francs, soit un niveau nettement inférieur à celui de 2017 (173,8 millions). Par rapport au chiffre d’affaires, il en a résulté une marge de 2,1% (2017: 4,5%).

  • EBIT des divisions hors PPA

L’EBIT des Divisions (hors PPA) s’est élevé à 40,6 millions de francs (2017: 103,2 millions). Le résultat se situe donc à l’intérieur de la fourchette communiquée en fin d’année. L’analyse des risques globaux et commerciaux n’a pas soulevé d’autres problèmes matériels que ceux déjà communiqués début décembre 2018.

Une fois de plus, le segment Development a livré une excellente performance. Le segment Infrastructure a également réalisé un très bon résultat, alors que celui du segment Suisse a été conforme aux attentes. Au sein du segment International, le résultat a été grevé par les problèmes déjà mentionnés. Durant l’exercice écoulé, Implenia a continué d’investir dans la numérisation et la consolidation des systèmes informatiques du Groupe. À la suite des intégrations au cours des dernières années, le coût de l’entretien du système de l’environnement a nettement augmenté.

Implenia a par conséquent enregistré un résultat à l’équilibre au titre de l’exercice 2018. Le résultat consolidé s’est établi à 0,5 million de francs, contre 39,0 millions en 2017.

  • Résultat consolidé hors PPA

Les activités sous-jacentes sont intactes

Le cash-flow opérationnel est positif, bien que les créanciers aient été payés plus rapidement, à hauteur d’une centaine de millions de francs. Implenia renforce ainsi les partenariats stratégiques avec ses fournisseurs et partenaires. Parallèlement, l’entreprise optimise ses coûts au vu de la faiblesse persistante des taux d’intérêt. Cette mesure a par ailleurs un effet positif sur le total du bilan et le taux des capitaux propres. Le flux de trésorerie disponible au titre de l’exercice 2018 est négatif, à –52,6 millions de francs (2017: 162,5 millions). Toutefois, en faisant abstraction des paiements accélérés, il en aurait résulté un flux de trésorerie disponible nettement positif, ce qui illustre la très bonne santé des activités opérationnelles sous-jacentes. Le niveau des liquidités restait très élevé en fin d’année.

  • Capital investi (en millions de CHF)

Capital investi

31.12.2018

31.12.2017

Δ

1000 CHF

1000 CHF

Fonds de roulement (sans trésorerie)

1 229 390

1 201 671

2.3%

Immobilisations (sans actifs de prévoyance)

713 025

704 135

1.3%

Engagements
(sans passifs financiers et passifs de prévoyance)

(1 739 480)

(1 726 075)

(0.8%)

Total du capital investi

202 935

179 731

12.9%


Résultat opérationnel

2018

2017

Δ

1000 CHF

1000 CHF

Development

40 257

39 241

2.6%

Suisse

53 384

43 626

22.4%

Infrastructure

22 255

14 419

54.3%

International

(93 338)

(31 812)

 

Divers / Holding

(9 623)

(1 883)

 

Total du résultat opérationnel

12 935

63 591

(79.7%)

Assise financière solide

Le total du bilan s’est établi à la fin de l’exercice 2018 à 2861 millions de francs (2017: 2897 millions). En dépit de la forte croissance du chiffre d’affaires, le total du bilan est resté stable, notamment en raison de la très grande discipline dont Implenia a de nouveau fait preuve dans la gestion du fond de roulement. Les capitaux propres se sont établis en fin d’exercice à 585,2 millions de francs, en recul par rapport à l’année précédente (2017: 654,9 millions). Cette évolution s’explique par la distribution du dividende et la faiblesse des autres éléments du résultat global. Le taux des capitaux propres s’est établi à 20,5%, contre 22,6% l’année précédente. Par rapport au reste du secteur, le Groupe dispose donc toujours d’une base de capitaux propres solide. Implenia est clairement attachée au maintien de sa notation «investment grade».

Perspectives positives sur le marché suisse

Les perspectives de développement du secteur suisse de la construction sont favorables. Ainsi, selon les prévisions de la Banque nationale suisse, le secteur de la construction devrait se maintenir à un haut niveau, après des années de forte croissance. Le nombre de demandes de permis de construire a d’ailleurs très peu évolué ces derniers temps. La conjoncture robuste et la faiblesse des taux d’intérêt continuent de soutenir un climat favorable à l’investissement. Des corrections passagères sont toutefois possibles dans le sillage d’une consolidation du marché. Cependant, un retournement de tendance généralisé dans le bâtiment, pour des raisons de surproduction, n’est envisageable que dans le cadre d’une hausse notable des taux d’intérêt. Dans le domaine du génie civil, tous les feux restent au vert. Le fonds en vue du «Financement et aménagement de l’infrastructure ferroviaire» (FAIF), le «Fonds pour les routes nationales et pour le trafic d’agglomération» (FORTA), ainsi que la bonne santé financière des finances publiques, offrent des conditions très favorables, au-delà du cycle économique.

En Europe, la construction reste sur une trajectoire de croissance

D’après les prévisions, le secteur européen de la construction continuera de croître jusqu’en 2021 – bien qu’avec une intensité moindre. Cela s’explique, en premier lieu, par un important effet de base après la forte croissance des dernières années. Parmi les principaux moteurs de la reprise dans la construction européenne figurent la bonne situation économique, l’environnement de taux attractif et les marges de manœuvre accrues des collectivités publiques. L’urbanisation croissante dans de vastes régions d’Europe nécessite non seulement une augmentation de l’offre de logements, mais aussi un développement des infrastructures.

L’Allemagne connaît toujours une phase de forte croissance, même si la dynamique conjoncturelle a légèrement fléchi. Les carnets de commandes au sein du secteur allemand de la construction ont progressé de 10% en 2018, atteignant un niveau inédit depuis plus de deux décennies. Les contraintes de capacité se sont donc sensiblement accrues dans ce secteur, ce qui se traduit notamment par une hausse des prix et une pénurie persistante de main-d’œuvre qualifiée.

En Autriche, la croissance devrait légèrement faiblir dans le bâtiment. Les perspectives d’expansion restent cependant favorables pour les investissements, en particulier dans la construction ferroviaire, mais aussi dans la construction routière. Les plans d’infrastructures de transport en Norvège et en Suède sont à l’origine d’une forte croissance persistante sur les deux marchés scandinaves de base du Groupe. La croissance prévisionnelle dans le génie civil sur la période 2019–2021 s’établit à 10–15% en Norvège et 5–7% en Suède.

Le niveau élevé des commandes soutient les perspectives positives

S’établissant à 6248 millions de francs à fin 2018, le carnet de commandes au niveau du Groupe affiche un chiffre record (2017: 6043 millions). Cette croissance a été générée de manière organique. Les effets de change ont eu une incidence négative de 2,2% sur le carnet de commandes. En remportant des contrats attractifs hors de Suisse, le segment Infrastructure a été le premier contributeur à cette évolution favorable. Les segments Suisse et International affichent des chiffres comparables à ceux de l’année précédente.

Fin 2018, Implenia employait 9781 personnes (en équivalents plein temps, intérimaires compris), contre 9342 à fin 2017.

Groupe Implenia – «One company, one goal, one spirit»

6248 (6043)

Carnet de commandes, CHF millions

90 (174)

EBITDA, CHF millions

4364 (3859)

Chiffre d’affaires, CHF millions

41 (103)

EBIT hors PPA, CHF millions

16 (197)

Flux de trésorerie opérationnel, CHF millions

7% (27%)

ROIC