Pont-Rouge, Genève

«Pont-Rouge», c’est tout un nouveau quartier urbain qui est en train de sortir de terre sur une superficie de 230 hectares, à deux kilomètres environ de l’actuel centre de la ville de Genève. «Pont-Rouge» vise à dynamiser l’ancienne zone industrielle PAV, qui englobe les quartiers de La Praille, des Acacias et des Vernets, et à lui insuffler une vie nouvelle. Parallèlement, le «Léman Express» et la nouvelle ligne CEVA (Cornavin – Eaux Vives – Annemasse) amélioreront le raccordement aux transports publics des régions frontalières en Suisse et en France. «Pont-Rouge» s’articule autour du grand projet de construction de CFF Immobilier. Il modèle le périmètre de la gare de Lancy-Pont-Rouge, inaugurée en décembre 2017, et se compose de cinq immeubles accueillant des espaces locatifs tels que des bureaux, des commerces et des restaurants.

Faits et chiffres

Projet:
Lot B1, Pont-Rouge

Maître d’ouvrage:
CFF Immobilier SA

Usage:
Trois bâtiments à usage mixte (bureaux, commerces et restaurants)

Surface de plancher:
100 000 m2

Site:
Pont-Rouge, Genève

Mandat d’Implenia:
Entreprise totale

Volume d’investissement:
CHF 250 millions

Livraison:
Hiver 2019

Difficultés:
Ce projet présente un défi spécifique: sa certification comme ouvrage durable conforme au standard DGNB. Pont-Rouge bénéficie de la pré-certification dans la catégorie «Or».

Coup de projecteur

Le centre urbain «Pont-Rouge» est en train de sortir de terre de part et d’autre d’une nouvelle gare située dans la commune genevoise de Lancy. Il s’agit de l’un des plus grands projets de construction de la région. En juin 2015, dans le cadre d’un appel d’offres, CFF Immobilier SA a attribué à Implenia le contrat d’entreprise totale pour la première étape de l’îlot B1. Les vastes travaux d’infrastructure ont débuté en septembre 2015. L’achèvement des travaux est prévu pour l’automne 2018.

Comment imaginer le chantier durable du futur? Implenia en fait la démonstration à travers le projet «Pont-Rouge». Deux responsables du projet dressent un premier bilan de ce chantier, qui se situe au centre de la philosophie de l’entreprise.

«Il reste encore beaucoup à faire dans le secteur de la construction. Car nos processus sont loin d’être aussi standardisés que ceux d’autres industries.»

Benoît Klein, responsable du projet Développement durable, Implenia

Efficace et durable

Pourquoi la durabilité devient-elle de plus en plus importante, notamment dans le secteur de la construction?
Benoît Klein, responsable du projet Développement durable: Toute entreprise devrait respecter l’environnement et assumer sa responsabilité sociale. Mais la législation à respecter devient de plus en plus complexe. Et, en même temps, les exigences de nos clients se renforcent en termes de qualité et de ponctualité. C’est dans ce champ de contraintes que nous évoluons.

Laurent Jarlégant, responsable du projet «Pont-Rouge»: La durabilité est une exigence de plus en plus fréquente chez les maîtres d’ouvrage. Ainsi, CFF Immobilier met explicitement en avant le fait que «Pont-Rouge» est réalisé selon les stricts standards DGNB. Cet aspect est important, par exemple pour attirer des locataires parmi les groupes internationaux. A plus ou moins longue échéance, la construction durable sera la norme.

Pourquoi «Pont-Rouge» est-il un projet phare?
Benoît Klein: D’abord, il s’agit du premier projet en Suisse romande réalisé selon les standards de durabilité de la Deutsche Gesellschaft für nachhaltiges Bauen (DGNB, Société allemande pour la construction durable). Ensuite, Implenia met en œuvre, sur le chantier «Pont-Rouge», un nouveau concept logistique innovant dans le domaine d’activité de la construction. Et, enfin, nous y appliquons notre concept de gestion environnementale de chantier.

Benoît Klein (à gauche), responsable du projet Développement durable, et Laurent Jarlégant (à droite), responsable du projet «Pont-Rouge», sont fiers de ce grand chantier qui constitue un phare en matière de durabilité.

Concept logistique novateur

Pourquoi vos efforts portent-ils spécialement sur la logistique?
Laurent Jarlégant: Jusqu’à présent, chaque sous-traitant recevait lui-même le matériel livré sur le chantier et le transportait à son point de destination. Mais ce mode de travail manque d’efficacité et génère des temps morts. Nous avons donc confié la logistique à une équipe spécialement constituée à cet effet. Soutenue par un outil en ligne, celle-ci s’occupe de recevoir, contrôler et acheminer le matériel. Les sous-traitants peuvent ainsi se consacrer pleinement à leurs missions de base.

Benoît Klein: La logistique centralisée satisfait en outre l’une des exigences spécifiques du standard DGNB. Car elle permet à l’équipe de logistique de contrôler et de valider soigneusement tout le matériel livré, ce qui évite, par exemple, l’arrivée sur le chantier de produits contenant des solvants. Et au niveau de la gestion des déchets, le tri est effectué directement sur place.

Quelles sont les caractéristiques du nouveau concept de gestion environnementale de chantier?
Benoît Klein: En 2015, nous avons établi un cadre de référence pour les thèmes de la gestion des déchets, de l’eau, de la maîtrise des nuisances et de la qualité de l’air, à partir duquel diverses mesures ont été mises en œuvre et sont suivies en continu sur le chantier «Pont-Rouge».

Laurent Jarlégant: Dans la phase initiale du projet, nous avons évacué environ 112 000 tonnes de matériau excavé par la voie de chemin de fer située à proximité, économisant ainsi plus de 8600 trajets de camion. Par ailleurs, à ce jour, 2200 tonnes de déchets ont été triés sur le chantier, dont 72% ont été recyclés. Nous avons beaucoup appris durant cette phase de test.

Création d’un centre de compétences

Quelles sont les prochaines étapes de la construction durable chez Implenia?
Benoît Klein: Implenia a la chance de bénéficier d’un centre de compétences dédié à la construction durable, grâce auquel nous pouvons déployer sur d’autres chantiers l’expertise acquise lors de projets comme «Pont-Rouge». Il reste encore beaucoup à faire, car nos processus sont loin d’être aussi standardisés que ceux d’autres industries. De plus, les principes Lean s’imposent aussi de plus en plus dans le secteur de la construction.

Existe-il des plans concrets en Suisse romande?
Benoît Klein: A l’occasion d’un projet de construction pour l’ONU, nous élaborons actuellement, à travers «Chantier Marguerite», un vaste concept de durabilité, dans lequel nous respectons des exigences environnementales strictes, tout en nous engageant en faveur de l’intégration professionnelle. Enfin, en collaborant avec des étudiants internationaux, nous souhaitons favoriser le transfert des connaissances en matière de construction durable, par exemple vers les pays émergents.

Leçons tirées

  • Au cours du projet «Pont-Rouge», ­Implenia a été en mesure d’accumuler une importante expérience en matière de mise en œuvre des critères de ­durabilité DGNB.
  • Le concept logistique novateur, qui a centralisé la logistique de chantier entre les mains d’une équipe dédiée, doit également être appliqué à d’autres projets.
  • Quant au concept de gestion environnementale de chantier, il a permis de suivre efficacement des mesures telles que le tri des déchets et le traitement des eaux.

Logistique de chantier