Getingmidjan, Stockholm

Au cœur de la capitale Stockholm, Implenia rénove l’un des principaux axes de circulation de Suède. Long de deux kilomètres, le tronçon ferroviaire «Getingmidjan» relie le nord et le sud du pays. Il passe par la fameuse île de Riddarholmen et se situe juste en face de l’hôtel de ville et de la gare principale. Ce tronçon fut ouvert à la circulation en 1871. Les infrastructures existantes, qui datent des années 1950, arrivent en fin de cycle et ne répondent plus aux exigences de mobilité actuelles.

Sur mandat de Trafikverket, l’administration suédoise des transports, Implenia modernise cette section ferroviaire pour un montant d’environ 885 millions de couronnes suédoises. Le projet englobe aussi le remplacement et la remise en état de ponts et de tunnels importants, la construction de murs de soutènement, des mesures antibruit, des travaux de terrassement et de canalisation, ainsi que le design. Afin de perturber le moins possible le trafic sur cet important axe de circulation, qu’il s’agisse des trains, des voitures, du métro ou des piétons, la logistique est principalement assurée par voie navigable à l’aide de pontons – ce qui ne constitue qu’un des nombreux défis de ce projet d’infrastructure complexe.

iStock by Getty Images/petekarici

Faits et chiffres

Nom du projet:
Getingmidjan

Lieu:
Stockholm, Suède

Maître de l’ouvrage:
Administration suédoise des transports Trafikverket

Mandat:
Rénovation d’un des plus importants tronçons ferroviaires de Suède

Montant du contrat:
885 millions de couronnes suédoises (environ 106 millions de francs)

Calendrier:
Eté 2017 à 2021

Contraintes:
Tronçon ferroviaire très fréquenté au cœur de la vieille ville de Stockholm. Chantier suscitant un grand intérêt – les travaux se déroulent sous le regard critique du public. Le gros des travaux est programmé chaque année en été, pendant seulement huit semaines, durant lesquelles le tronçon est fermé à la circulation des trains.

Sur la principale artère de circulation de Suède

Les trains passent avec fracas sur «Getingmidjan» à intervalles de quelques minutes. Ce tronçon de deux kilomètres en plein centre de Stockholm représente un véritable «goulot d’étranglement» ferroviaire. Les infrastructures des années 1950 de l’axe nord-sud de la Suède ne sont plus en mesure d’absorber durablement le volume de trafic actuel. Elles font donc l’objet d’une rénovation complète.

Diverses voies de circulation traversent l’île de Riddarholmen: deux voies ferrées, un axe routier à six voies, une ligne de métro ainsi que des zones dédiées à la mobilité douce, donc aux piétons et aux cyclistes. C’est ici, dans un espace géographique très restreint, qu’il s’agit d’adapter le tronçon ferroviaire aux besoins d’aujourd’hui, sans modifier la physionomie de la ville. Une mission complexe pour les experts en construction d’infrastructures d’Implenia.

L’expert

La magie des grands projets
Le Suédois Philip Thompson (31 ans) a rejoint Implenia en mars 2015, dans le cadre de l’intégration de Bilfinger Construction. Il avait été attiré par le projet «Citybanan», poursuivi ultérieurement par Implenia.

Qu’est-ce qui vous a plu dans «Citybanan»?
Philip Thompson: C’était le plus grand projet d’infrastructure de Suède. Et mon premier vrai emploi. J’étais très fier.

Quelles étaient vos missions à l’époque?
J’ai débuté en tant qu’ingénieur de chantier. A ce titre, je m’occupais de l’administration des contrats, y compris du contrôle des coûts et des quantités, ainsi que de la gestion des demandes complémentaires.

Philip Thompson, Production Manager, Implenia

Pas mal de responsabilités pour un novice, n’est-ce pas?
C’est vrai. Et au fur et à mesure que le projet avançait, j’ai pu prendre des responsabilités sans cesse accrues, ce qui est essentiel pour progresser dans une carrière. Et cela a continué après l’intégration dans le Groupe Implenia. Parfois, j’ai eu le sentiment qu’on me donnait des responsabilités supplémentaires avant que je ne sois prêt à les assumer. Mais j’ai progressé au fur et à mesure de mes missions. Rétrospectivement, Implenia a eu raison: j’étais en fait prêt à franchir le pas à chaque étape, sans l’avoir moi-même réalisé. Et quand on peut compter sur ses supérieurs comme interlocuteurs, cela aide bien sûr énormément.

La politique de la porte ouverte n’est donc pas un simple slogan?
Non. Lorsque je rencontre par hasard Fredrik Björckebaum, le CEO d’Implenia Sverige, je le salue et, lui, sait tout de suite qui je suis. Ici, les hiérarchies sont horizontales, la collaboration est axée sur la résolution constructive des problèmes et, après le travail, nous allons parfois prendre un pot ensemble.

Comment a évolué votre fonction, depuis vos débuts comme ingénieur de chantier?
Lorsque le projet «Citybanan» est entré en phase de réalisation, je suis devenu conducteur de travaux acier et béton. Au cours de cette période, j’ai acquis les qualifications professionnelles nécessaires pour assumer, depuis deux ans, la responsabilité d’une partie du nouveau méga-projet, «Getingmidjan». Avec mon équipe, nous élaborons une solution technique pour une tranche de construction que nous allons réaliser ultérieurement. Je pense que je dispose encore d’une grande marge de développement professionnel, tant au niveau du projet qu’au sein d’Implenia.

Le débutant

Un programme de stages pour mettre le pied à l’étrier
Sven Laufer fait partie, comme Philip Thompson, de l’équipe de «Getingmidjan», qu’il a rejointe en tant que stagiaire en septembre 2017. Le programme de stages d’Implenia, qui lui a permis d’entrer rapidement dans la vie professionnelle, a conduit ce jeune Allemand de 28 ans d’abord en Suisse, puis en Suède et même, pour finir, vers un emploi fixe.

Pourquoi avez-vous décidé de suivre un programme de stages chez Implenia en Suisse?
Sven Laufer: Divers facteurs étaient déterminants. Je connaissais Implenia, avec son logo caractéristique, la marguerite. Les diplômes de bachelor et de master en génie civil de l’Université technique de Munich en poche, je voulais rapidement me frotter à la pratique, dans l’idéal au siège d’une entreprise dans une autre ville. Le programme de stages d’Implenia en Suisse ne dure qu’une année. Il m’a donné la possibilité de changer tous les trois mois de département pour m’initier aux différentes tâches – tant en Suisse qu’en Suède.

Sven Laufer, stagiaire «Getingmidjan», Implenia

Votre troisième étape de stage vous a conduit à Stockholm. Pour quelle raison?
Quand j’étais étudiant stagiaire chez Hochtief, j’avais déjà participé à des projets d’infrastructure, notamment l’extension de l’autoroute «BAB A6» et du «2e tracé principal» à Munich. Au cours de mes étapes chez Implenia, j’ai pris conscience du fait que la construction d’infrastructures me passionne. J’ai donc utilisé mes nouveaux contacts pour assister pendant quatre mois l’équipe de «Getingmidjan» sur place. Lorsqu’on fait preuve d’initiative chez Implenia, on peut aller loin.

«Grâce au programme de stages, j’ai pu nettement progresser au plan professionnel – et j’avais déjà le pied à l’étrier chez Implenia.»

Sven Laufer, stagiaire «Getingmidjan», Implenia

Quelles tâches avez-vous assumé pour «Getingmidjan»?
J’ai aidé l’équipe en charge du projet à mettre en place un système de contrôle et j’ai réalisé chaque mois une comparaison coûts théoriques / coûts réels. Par ailleurs, j’ai aidé les responsables de l’exécution dans la planification de déviations du trafic. Parmi mes tâches figuraient également de nombreux contacts avec les administrations et les clients. Ce qui n’a pas été facile, car le suédois n’est pas ma langue maternelle. Heureusement, les Suédois sont assez décontractés et j’ai toujours pu compter sur le soutien de mes collègues, par exemple Philip Thompson.

Poursuivez-vous votre chemin chez Implenia?
Oui, grâce au programme de stages, j’ai pu nettement progresser au plan professionnel – et j’avais déjà le pied à l’étrier chez Implenia. En mars, je commence comme contrôleur de coûts pour «Getingmidjan» et je vais m’efforcer d’assumer progressivement de plus en plus de responsabilités.

Félicitations! Le programme de stages vous a-t-il aussi changé au plan personnel?
Naturellement, une période aussi intense vous marque! Durant mon séjour en Suède, j’ai pu apprendre le suédois, renforcer ma confiance en moi et mes talents en communication et développer mes compétences interculturelles.